A propos de moi

Depuis 2008, j’étudie et je travail dans le soin à la personne. Je suis passionné par l’humain et je mets toutes mes compétences et mon expérience à votre service lors d’accompagnements individuels, d’ateliers et de programmes basés sur la méditation.

Formations et diplômes

2019

Attestation de formation (niveau 1) au modèle de psychothérapie I.F.S.

2019

Certificat de fin de cursus (3 années) à la pratique des thérapies esséniennes transmises par Daniel Meurois et Marie-Johanne Corteau

2018

Attestation à la pratique en accompagnement individuel de la régulation émotionnelle enseignée par Luc Nicon et l'association TIPI

2016-2017

Formation aux modules de base (module 1, 2, 3) et d'approfondissement de la Communication Non Violente

2012

Diplomé en pharmacopée traditionnelle chinoise et médecine manuelle (Tui Na) par la F.L.E.T.C.

2010

Diplomé en acupunture traditionnelle chinoise par la F.L.E.T.C. (certificat reconnu par la World Fédération Acupuncture and Moxibustion Society)

 

Premiers germes

 

Enfant, j’avais une intuition profonde sur la nature illimitée du potentiel humain. Un sentiment qui dépassait mon petit corps et qui m’a rendue difficile à éduquer et allergique aux règles et aux croyances que je n’avais pas choisis. Dans la cours de récréation, je me souviens que je préparais des compositions de plantes ramassées sur les arbustes et les haies aux alentours. Elles étaient sensées être des « médicaments » pour mes petits camarades (heureusement personnes n’a osé en gouter…). J’aimais m’occuper des autres et avais un sens aigu de la justice et de l’intégrité. La cruauté et l’oppression que certains enfants exerçaient sur d’autres m’étaient incompréhensibles et la protection de ceux qui était jugé différents (et donc rejetés) me tenais à coeur.

 

Le pas de coté

 

A 20 ans, je décide d’entamer des études médicales mais avant cela je trouve un poste de remplacement dans un hôpital de la région lyonnaise dans l’intention de voir mon aspiration confirmé « sur zone ».
J’y côtoie la maladie profonde, la solitude et la souffrance des patients dans des services de soins ou le personnel soignant ,en sous-effectif, épuisé et régulièrement en conflit entre eux ou avec leurs cadres tentent d’exercer leur profession.
Pendant mes journées de travail, j’arrive difficilement à imaginer comment il sera possible de vivre mes valeurs en lien avec le soin à la personne et la guérison dans un environnement pareil. Je commence aussi à remettre en cause les moyens et la vision avec lesquels la médecine conventionnelle traite et perçoit l’homme et la maladie.
Confus et déçu, je pars avant la fin de mon contrat et décide de changer d’orientation.
Peu de temps après, je rencontre la médecine traditionnelle chinoise. J’y trouve une approche du soin plus large et plus souple ou l’homme est pris en compte dans ses dimensions multiples, qui misent en lien offre une approche globale de sa santé et à mon sens, bien plus en accord avec la réalité de sa nature.
Elle a pour intention de nourrir et entretenir la santé tout au long de l’existence. Elle a un aspect fondamentalement « préventif » (un terme qui ne convient pas car la M.T.C. est une médecine de la vie et pas de la maladie) qui me parait indiscutable si nous voulons tenter de nous diriger vers l’autonomie des personnes. L’autonomie nous renvoie à la responsabilité, à la connaissance de soi et des autres. C’est le terreau de l’harmonie, de l’équilibre individuel et sociale et par conséquent j’avais à coeur que cette notion soit concrète dans mon travail.
La médecine traditionnel chinoise et sa culture me passionnent et j’y travaille complètement pendant des années.

 

L’appel de la Source

Après des années d’études et de pratique de la M.T.C., une dimension me manque. Malgré son immense potentiel et son efficacité, des questions restent en suspend. J’ai l’intuition que la santé de l’homme revêt de quelque chose de plus complexe qu’une bonne fonctionnalité métabolique et énergétique. La littérature et l’enseignement taoïste, d’ ou la médecine chinoise tire ses fondements, abondent d’indices mais je n’arrivais pas à toucher la texture de leur message et surtout comment les transposer dans l’existence.
Je tente de partir en Chine poursuivre un diplôme universitaire au C.H.U. de Lanzhou mais pour de multiple de raisons ce projet n’aboutit pas.
Lors de l’automne 2010, je suis touché un matin d’une manière totalement inattendue par une forte expérience spirituelle suivi d’un état de clarté. La vibration originelle craquèle les remparts de « ma personne » et me dévoile l’unité de toutes choses. L’expérience s’efface peu à peu et je prend conscience du cadeau offert, de la réponse attendue depuis tant de temps.
Cet ancien et discret appel intérieur actualisé par cette vision me lance dans une quête existentielle « Qui suis-je? », « Qu’elle est la source de la souffrance et comment s’en libérer? ».
Je m’initie et pratique une voie spirituelle du sud de l’Inde, le kriya yoga de Babaji Nagaraj. Je pratique pendant des heures tout les jours et profitant d’une opportunité d’un stage pratique d’acupuncture, je pars au Sri Lanka dans un petit ashram proche de la clinique. Je prolonge le voyage en Inde et en Indonésie et je passe du temps dans différentes écoles et rencontre différents enseignants spirituels, effectue des retraites de méditations. Un peu plus tard, je pars seul pour une marche de 75 jours sur 1600km de France jusqu’à St Jacques de Compostelle en Espagne.
Ces pérégrinations lointaines, riches et exaltantes m’amènent clairement à comprendre que l’accumulation d’expérience ne peux prendre son sens que quand elle prend le chemin de la création et de la redistribution sous forme de participation à la vie sociale. Un homme qui se trouve, trouve aussi sa place dans le monde et ses capacités naturelles se mettent au service de la communauté humaine.

 

Changement d’orientation et concrétisation

 

La longue marche nomade sur le pèlerinage de Compostelle et me ramène au besoin de l’homme aussi simple que fondamentale, celui de la relation. Relation à soi, à la nature et aux autres. Mon travail change de perspective et se dirige vers celle de la relation d’aide.
A partir de 2016, je me forme à la communication-non-violente, l’accompagnement à la régulation émotionnelle (T.I.P.I.)et la thérapie I.F.S. (Internal Family System). Je travaille avec les personnes qui le souhaitent avec ces outils sous forme d’accompagnement thérapeutiques et décide de partager les fruits de mon expérience de la méditation en créant le programme « La Rencontre ». Je travail aussi dans le cadre du soutien des personnes agées en situation d’isolement avec l’association « Sous les Arbres » en proposant des ateliers de méditation sous forme de téléconférence.

Découvrez